Coronavirus : les conséquences sur le marché immobilier d’entreprise à Nantes et dans les Pays de la Loire

 

Les conséquences du coronavirus sur l’immobilier d’entreprise à Nantes et dans les Pays de la Loire

Depuis plusieurs mois, l’immobilier d’entreprise à Nantes et dans les Pays de la Loire connaissait un essor majeur, porté par le dynamisme économique des entreprises. Avec la crise sanitaire du coronavirus, tout est remis en cause : depuis le 17 mars, à la suite des mesures de confinement, bon nombre d’entreprises de la région voient leur trésorerie mise à mal. Difficultés à honorer leurs loyers, report des projets de déménagement… Des conséquences à court terme qui pourraient bien avoir des impacts plus importants à long terme.

 

L’immobilier tertiaire à Nantes et dans les Pays de Loire avant le coronavirus

Durant les trois dernières années, les loyers des bureaux ont connu une véritable flambée des prix, que ce soit en Île-de-France ou en province. De manière générale, les régions ont fortement profité de la pénurie d’offre de locaux professionnels à Paris. C’est notamment le cas de la région des Pays de Loire, plébiscitée par de nombreuses entreprises. Nantes, Le Mans, Angers, Laval, Saint-Nazaire… Toutes les villes de la région, par leur dynamisme, leur cadre de vie et leur adaptabilité, ont ainsi vu s’implanter de nouvelles entreprises.

En 2019, le marché de l’immobilier tertiaire Nantais a enregistré une hausse de 17%, soit 126 000 m2 loués ou vendus sur un an. Il y a quelques semaines encore, Nantes s’inscrivait à la sixième place des marchés régionaux. Très attrayante pour les entreprises et les salariés, la grande métropole régionale des Pays de la Loire ne manque pas d’atouts : environnement agréable, réseau de transport de qualité, densité urbaine maîtrisée… Ce succès engendrait une forte tension sur le marché immobilier tertiaire. Le taux de vacances s’élevait, avant le confinement, à 3% seulement. Avec la crise sanitaire du coronavirus, ce marché risque d’être considérablement impacté.

 

Immobilier d’entreprise après Covid-19 : vers une mutation des besoins ?

Selon une enquête Odoxa, 15% des actifs de la région des Pays de la Loire télétravaillaient fin mars. La crise sanitaire passée, de nombreuses entreprises vont se poser la question de savoir si elles gardent leurs bureaux. Certaines d’entre elles vont sûrement envisager de généraliser le télétravail, tout en maintenant une cohésion d’équipe à travers l’organisation d’afterworks ou de réunions régulières dans des espaces de coworking. Même si ce modèle ne pourra pas s’adapter à toutes les entreprises, des conséquences sont à prévoir sur le secteur de l’immobilier d’entreprise.

Quoi qu’il en soit, la crise du Covid-19 va probablement rééquilibrer les relations entre bailleurs et locataires : si les premiers avaient encore la main sur le marché de l’immobilier d’entreprise, en particulier à Nantes où le marché des bureaux était très tendu, l’évolution devrait, à priori, être en faveur des seconds. Concernant les locaux commerciaux, en première ligne dans cette crise, il est encore trop tôt pour se prononcer, mais si les défaillances d’entreprises viennent à se multiplier, les effets seront sans doute très importants sur l’équilibre entre l’offre et la demande.

S’il est aujourd’hui prématuré de prédire les tendances de ces prochains mois, une chose est sûre, la crise sanitaire du COVID-19 va rebattre les cartes du marché de l’immobilier d’entreprise, que ce soit à Nantes, dans les Pays de la Loire ou plus généralement dans la France entière.

 

Besoin d’informations pour votre projet immobilier d’entreprise sur Nantes ?

Contactez nos équipes sur KERMARREC-ENTREPRISE-NANTES@KERMARREC.FR


Actualités